Une épargne de précaution : pourquoi et comment faire ?

Source : Mes questions d'argent
Épargne des ménages, tirelire

Un coup dur ou un imprévu, des frais exceptionnels, cela peut arriver à chacun d’entre nous, à n’importe quel instant. Comment se protéger financièrement face à des dépenses imprévues ? 

La meilleure réponse n’est pas de faire un crédit mais de miser sur son épargne de précaution. Mettre de l’argent de côté dès que cela est possible pour se constituer une épargne de précaution est indispensable pour faire face aux aléas de la vie et éviter de se retrouver en grandes difficultés financières. Dès les premiers revenus encaissés et dans la mesure du possible, il convient de commencer à constituer son épargne de précaution. 

Qu’est-ce que l’épargne ?

L’épargne est la partie du revenu qui n’est pas consommée. Elle correspond à la différence entre les revenus et les dépenses. Elle permet principalement :

  • de financer des projets à court ou moyen terme (financement des études de vos enfants, projet immobilier)
  • de se constituer un complément de revenus à long terme (pour compléter sa retraite par exemple)
  • de faire face à des imprévus : c’est l’épargne de précaution

épargne

 

Qu’est-ce que l’épargne de précaution ?

Une épargne de précaution est une somme d’argent qui a été mise de côté pour pouvoir être utilisée en cas d’un imprévu nécessitant des dépenses immédiates. On peut également parler d’une cagnotte ou d’un matelas de sécurité ou encore d’une poire pour la soif. L’imprévu peut survenir suite à la perte d’un emploi qui engendre une baisse significative des revenus. Cela peut aussi être des travaux à réaliser en urgence, des frais de santé, une panne ou un accident de voiture, etc. 

L’épargne de précaution ne doit pas être utilisée pour payer les dépenses régulières, comme le loyer, l’électricité, l’alimentation, les loisirs, les voyages, etc.. Elle doit être conservée pour faire face à des aléas, par définition non réguliers. L’épargne de précaution est également différente de l’épargne constituée pour des projets précis, dont le montant et la durée sont déjà prévus.

Avoir une épargne de précaution permet d’éviter de mettre à découvert son compte courant ce qui génère des frais bancaires supplémentaires, voire de piocher dans son épargne affectée à la réalisation de projets. L’épargne de précaution doit être immédiatement liquide, sans risque de perte en capital à la différence de l’épargne liée à des projets de moyen ou long terme qui peut être constituée de produits très peu liquides (ex. : l’immobilier) ou susceptibles de générer une perte d’avantages fiscaux en cas de déblocage des fonds (par exemple la sortie d’un plan épargne entreprise  ou d’un plan épargne en actions  avant 5 ans). 

L’épargne de précaution étant destinée à parer un coup dur, elle doit :

  • Être disponible (on dit également qu’elle est liquide), c’est-à-dire qu’elle peut être récupérée à tout instant ou très rapidement ;
  • Être sûre (on dit également sans risque), c’est-à-dire qu’elle ne doit pas perdre de la valeur en étant placée sur des produits financiers ayant un risque de perte en capital ;
  • Éviter de se dévaloriser. L’épargne de précaution n’étant pas censée être utilisée régulièrement, vous pouvez la placer dans un produit qui rapporte des intérêts, comme par exemple un livret bancaire, plutôt que sur un compte bancaire qui ne rapporte pas d’intérêt.
     

Quel montant pour l’épargne de précaution ?

L’épargne de précaution est quelque chose de personnel. Le montant doit correspondre à votre situation personnelle et professionnelle mais aussi vous permettre d’avoir l’esprit tranquille.

Pour estimer la somme dont vous pensez avoir besoin, il convient d’abord de prendre en compte les dépenses de votre foyer et votre train de vie de manière plus générale. Les besoins ne sont pas identiques entre un célibataire et une famille avec des enfants. De même, votre statut professionnel doit être pris en compte. Ainsi, être travailleur non salarié, fonctionnaire, en CDI ou intérimaire présente des conditions de revenus différentes notamment en termes de régularité et de sécurité.

Il faut également prendre en compte l’aspect physiologique. Vous pouvez ressentir le besoin de disposer d’une épargne bien plus importante que votre besoin matériel effectif. Cet aspect est difficile à quantifier car il est propre à chaque personne et peut évoluer en fonction de paramètres plus ou moins rationnels. 

Bien qu’il soit difficile d’évaluer les cas particuliers, il est admis que le montant de l’épargne de précaution corresponde à l’équivalent de 2 à 6 mois de revenus et plus généralement à 3 mois.

Ce montant peut être déterminé selon une autre méthode qui consiste à compter non pas en revenus mais en mois de dépenses essentielles (loyer, assurances, abonnements, alimentation…). Ce mode de calcul est moins protecteur et n’est pas forcement adapté à toutes les personnes.
 

Comment se constituer une épargne de précaution ?

Pour constituer son épargne de précaution, il est conseillé de mettre de côté, mois après mois, une partie de ses revenus mensuels. Pour cela, il faut commencer par établir son budget, en prenant en compte l’ensemble de ses revenus et de ses dépenses. Si les dépenses sont supérieures aux revenus, il est nécessaire de rééquilibrer son budget. Dans la situation contraire, la différence correspondra à l’argent que vous pouvez économiser.

N’oubliez pas que l’argent que vous économisez pour constituer votre épargne de précaution doit être disponible à tout moment. Il est donc important de le placer dans un support sûr et non risqué tel qu’un livret réglementé type livret A, livret jeune  ou livret d’épargne populaire-LEP (sous conditions de revenus maximums). Ces livrets réglementés sont intéressants car le capital est garanti et les intérêts sont exonérés d’impôt.

Une fois que vous aurez constitué votre épargne de précaution, vous pourrez alors consacrer la partie excédentaire de votre budget pour réaliser d’autres projets ou investir votre argent dans des placements financiers, immobiliers ou autres. Pour en savoir plus sur les placements, vous pouvez consulter notre rubrique "Épargne et placements"
 


Article mis à jour le 29 juin 2023